160405 – By Serge P.

usergp

Oui, je sais.

Si vous regardez la météo par la fenêtre et ce qu’ils annoncent pour la fin de la semaine, on ne peut pas dire que c’est le printemps. C’est le genre de semaine qui est déprimante, après vous avoir donné l’impression que l’hiver est terminé, il vous revient en pleine figure.

Mais nous ne sommes pas là pour parler météo, mais plutôt pour parler finance. Bien que les méthodes de prévisions s’approchent de plus en plus les unes des autres, à la seule différence, c’est que les météorologues ont fait des progrès ces 50 dernières années, alors que nous, nous en sommes toujours à 50/50, pile ou face ou une chance sur deux.

Néanmoins, hier le comportement des marchés ressemblait fort à un grand nettoyage pour le début de la belle saison, à l’approche des résultats. On a dégagé certaines actions qui eurent été populaire depuis quelques semaines – entre autres les pétrolières – la raison devant toujours être cherchée du côté du baril qui continue de se faire taper sur la tête. L’argumentaire de base étant toujours le même : « un prince saoudien (bien que l’on ne sache toujours pas vraiment du quel on parle) a déclaré qu’ils ne gèleraient pas les prix du baril tant que les Iraniens ne le feront pas »…. Et les Iraniens qui commencent enfin à vendre leur pétrole officiellement et peuvent enfin commencer à en en profiter, n’ont que moyennement envie de se plier à cette requête. Surtout venant de la part des Saoudiens.

robo

Cliquez ici pour lire l’article

Donc le baril est sous pression et même s’il est pratiquement certain que les discussions pour le prix du baril entre producteurs vont revenir sur le tapis, dans le doute, les shorts sont à nouveau au contrôle et il n’est pas exclu que les « experts » qui prédisaient le baril à 20$ et qui ont quitté le pays pour partir faire un trekking au Népal depuis le rebond, reviennent en courant pour nous dire en direct sur CNBC : « ON VOUS L’AVAIT DIT !!! ».

Les intervenants ont donc dégagé quelques positions, mais pas toutes, puisque dans le secteur de la consommation ça continue de rigoler avec des actions comme Coca-Cola, Altria, Tyson Food ou encore Molson qui ont profité de la journée d’hier pour toucher leurs « plus hauts historiques ». Et dire que l’autre jour on nous disait que Coca-Cola était en difficulté parce qu’ils vendaient moins de soda qu’avant. Bon, d’accord, dans certains États Américains, on ne peut plus acheter des sodas dans des canettes de plus d’un litre. Visiblement les consommateurs ont trouvé qu deux canettes d’un litre ça allait aussi.

On parle également pas mal du dollar qui continue d’être faible, de l’or qui rebondit un peu (à 1227 ce matin) et qui s’éloigne du support. Le baril quant à lui, dans le feu de l’action, il touche les 35.54$. Que les 40$ semblent loin.

On notera également Tesla qui était en furie pour souhaiter la bienvenue au Model 3, le titre prenait près de 4% et… les reprenaient dans les dents after-close parce que les livraisons du premier trimestre étaient en-dessous des attentes des analystes. Il faut également retenir que Sir Richard Branson est un peu plus riche depuis hier, puisqu’Alaska Air Group a payé 42% de prime pour racheter Virgin America, soit 57$ en cash, après une clôture à 38.90$ vendredi passé. Et encore une fois, je n’étais pas dedans et personne ne m’avait rien dit.

Signalons également la fin d’une époque, puisque SunEdison s’apprête à déclarer la faillite alors que la SEC continue son enquête. Le titre, qui valait encore plus de 30$ dans la seconde partie de 2015, se traite à 0.22 cents et a perdu 50% hier.

En Europe, on a terminé légèrement en hausse, bien que la pression était forte sur les télécoms françaises après que deal entre Bouygues et Orange soit parti en vrille. Il semblerait que « l’attitude générale du gouvernement français », soit la raison principale du fiasco de ce merger. Le gouvernement qui est actionnaire chez Orange semble ne pas avoir été d’accord dans les termes de l’accord. Ce qui est étonnant, car en général, c’est toujours une SUPER nouvelle quand les gouvernements socialistes se mêlent d’actionnariat et de mergers. Surtout le gouvernement en place qui a fait déjà plusieurs fois preuves de ses compétences hyper-pointues dans tous les domaines. Bouygues perdait 15%, Orange 6%, Iliad plongeait de 15% et Numéricable de 18%… On ne sait pas trop dans quel ordre aura lieu le prochain take-over, mais ça va revenir.

jp

Comme aux USA, les pétrolières ou para-pétrolières étaient sous pression, néanmoins le DAX terminait en hausse de 0.28% et le CAC40 de 0.53%.

Ce matin la faiblesse du $ et la tronche du $/Yen particulier, ne fait pas plaisir au Nikkei qui se faire tirer dessus de tous les côtés, l’indice tokyoïte est en baisse de près de 2%, Hong Kong entame son premier jour de la semaine en baisse de 1.4% et la Chine n’en a rien à faire et monte de 1% ce matin.

Les marchés se retrouvent donc dans une situation que l’on peut qualifier de précaire.

Ces derniers dix jours ont été marqués par le soutien prononcé de la FED qui avait soigneusement choisi ses mots afin de nous rassurer un peu mais pas trop, permettant à tout le monde de bien lire entre les lignes et d’éviter les tout petits caractères en bas de la page afin de comprendre que la FED ne montera pas les taux en avril et qu’en mai on en reparlera, mais sachant que « Sell in May an go away », si ça baisse, ça ne sera pas de leur faute.

Donc depuis que l’on sait que la FED est avec nous, on était rassuré. Sauf que là, on se retrouve un peu tel WILL le Coyote, qui vient de se rendre compte qu’il a couru trop vite dans le virage et qu’il est à trente mètres de la route et qu’en-dessous, il y a 1’000 mètres de chute libre.

On se pose des questions : « Should I Stay or Should I Go ? » – telle est la question… qui pourrait se traduire par : « Dois-je tout vendre ou dois-je attendre et acheter encore ? » – là tout de suite, pour cette semaine on a l’impression que les héros sont fatigués.

On voit que l’on prend les profits (pour ceux qui en ont et pour ceux qui ont OSÉ acheter le 11 février alors que la fin du monde était à nos portes) et que l’on va attendre patiemment la saison des résultats trimestriels pour voir si nos attentes sont trop basses ou trop hautes et si la faiblesse (récente) du dollar a donné immédiatement un peu d’air aux exportatrices qui geignaient il n’y pas si longtemps que c’était « trop duuuuur » et que le dollar, bein il était trop fort !!!!

D’ici-là, on ne peut donc pas exclure une petite faiblesse du genou de la part des marchés, surtout si l’on se rend compte que le pétrole à tout de même perdu 10% et que nous, on n’a pas vraiment bronché. Il suffirait que quelqu’un, quelque part, reparle de la corrélation hallucinante qui était celle entre le pétrole et les marchés, pour que l’on se refasse un petit vent de panique dont nous avons le secret, le tout orchestré par CNBC qui pourrait inviter Marc Faber et Albert Edwards qui pourraient venir sur le plateau nous dire que : « Cette fois, c’est sûr, on va se la prendre »…

Dans les nouvelles du jour, on retiendra que 14 assets managers se lancent dans une bataille légale et accusent la banque centrale portugaise d’avoir failli à sa tâche dans l’affaire de la Novo Banco – banque créée de toutes pièces pour y mettre les assets pourris de la Banco Espirito Santo et par la suite les mettre à zéro. Les stars de la finance accusent la Banque Centrale d’avoir violé des principes clés et réclament leur pognon. Ça tombe bien, le Portugal croule sous les excédents budgétaires et ne savent plus quoi faire de l’argent qui pleut sur Lisbonne.

bk

Dans la série « Démontage de Merger », saison deux, après Bouygues-Orange qui part à la casse à cause de Macron, voici Allergan-Pfizer qui se dégonfle après que le Département du Trésor Américain ait décidé de modifier la loi sur les inversion de taxes, loi qui aurait permis à Pfizer de réduire massivement ses impôts en rachetant Allergan et en bougeant son siège à Dublin. Cette décision du Trésor remet carrément en cause le bien fondé de cette association, car ne nous leurrons pas, Pfizer n’avait pas fait ce take-over uniquement pour combiner les effets du Viagra ET du Botox. Grosse déception pour les actionnaires d’Allergan ce matin, puisque le titre perdait 20% hier soir after close.

La bonne nouvelle étant qu’il semblerait que Bill Ackman ne soit pas « Long Allergan ».

Côté Panama-Papers, alors que les journaux « classiques » continuent de faire les choux-gras de ces fuites – hier, même Paris-Match a publié un article sur le sujet alors qu’il est plus que probable qu’ils ne savent même pas où est le Panama sur la carte du monde – les journaux financiers ont, quant à eux, déjà relégué le sujet juste après les chiens écrasés et les annonces publicitaires pour les problèmes de dysfonctionnement érectiles, tant la nouvelle ne surprend PERSONNE dans le milieu… Par contre, le gouvernement français et sa branche fiscale – Bercy – ont promis une réponse FERME… Enfin, jusqu’à qu’ils se rendent compte qu’un ministre sur deux a une société off-shore là-bas… Ensuite on enterra l’affaire au 23ème sous-sol.

Disney était en légère baisse hier soir tard, après que Thomas Stagg qui était perçu comme le prochain CEO potentiel ait annoncé son départ de chez Mickey.

Côté chiffres économiques, nous aurons les PMI’s un peu partout dans le monde, les factory orders en Allemagne, le CPI en Russie, le Redbook aux USA, ainsi que l’ISM Non-Manufacturing et les JOLTS. Il y aura également les chiffres du pétrole version API.

Pour le moment, les futures sont en baisse de 0.3%, probablement un mélange de fatigue, de dépression en Asie et de déception sur Tesla ou Allergan. L’Euro/$ est à 1.1390, comme tétanisé à l’approche des 1.14 – le yen est à 110.86, comme tétanisé à l’approche des 110, la Livre est tétanisée à l’approche du BREXIT, toujours dans la zone des 1.4250, le $/Suisse tente une remontée en direction des 0.96 – 0.9589 actuellement, quant à l’Euro/Suisse, il est, comme hier, à 1.0920. Le Bitcoin est à 420$ et le rendement du 10 ans US est de 1.75%.

Je crois que c’est tout ce que j’avais à vous dire ce matin, on dirait que l’ambiance est un peu moins « au beau fixe » qu’il y a dix jours, il est peut-être temps de sortir avec un parapluie, on ne sait jamais.

Je m’en vais vous souhaiter une très belle journée, un petit-déjeuner de champion avec une véritable Ovo sur la table et on se retrouve demain, dans une forme que j’espère et je souhaite resplendissante. Que la FED, la BCE, la BNS et la FORCE soient avec vous.

À demain

Thomas Veillet
Investir.ch

« Don’t fight a battle if you don’t gain anything by winning. »

Erwin Rommel

Advertisements

About Philippe Splingart

ArtMaker Creator of the "Spynacker Green Fund" concept, (The "Green Fund Spynacker" Arbitrage Hedge Fund Method with very low leverage ) The reflexion point is to create an alternative in a changing world. Maintain the achievements and wealth of knowledge, Empower creation to develop an alternative management and to activate and enhance the development elements.
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s